Les Grands Compositeurs

Catégorie 1 : 24€

Catégorie 2 : 19€

Tarif jeune - 26 ans : 10€

Abonnement : 20 conférences pour 320 € (soit 16€ la place au lieu de 24€)

Théâtre des Mathurins

36, rue des Mathurins 75008 PARIS

Les Grands Compositeurs

Christian Merlin vous propose de poursuivre notre exploration, débutée la saison dernière, de l'histoire de la musique, en vous offrant des clés pour entrer dans l'oeuvre des plus grands compositeurs, ceux dont on peut dire qu'il y a un avant et un après. Pourquoi la musique n'a-t-elle plus été la même après eux ? Comment repérer et comprendre ce qui fait leur marque indélébile ?

Comment vous abonner ?

Par téléphone (du lundi au vendredi de 14h à 18h) : 01 42 65 62 52

Par mail : conferencesarayalda@theatredesmathurins.com

Pas d'abonnement en ligne

Christian Merlin

Il est, avec Messiaen, l'autre grande figure de la musique française formée dans l'entre-deux-guerres. Dans la discrétion de son atelier, il composera peu d'œuvres, mais toutes des chefs-d'œuvre, miracles de raffinement poétique et d'orchestration, dans la lignée directe de Debussy et Ravel.

Henri Dutilleux (1916-2013)

Henri Dutilleux (1916-2013)

Christian Merlin

L'inventeur de l'opéra a vécu le passage de la Renaissance au baroque, qu'il a accompagné en créant un style musical nouveau, fondé sur l'expressivité. Quatre siècles après, il est frappant de voir que tout ce qui nous bouleverse dans l'art lyrique était déjà présent dans L'Orfeo, Le Couronnement de Poppée, ou lesVêpres de la vierge.

Claudio Monteverdi (1567-1643)

Claudio Monteverdi (1567-1643)

Christian Merlin

Difficile de venir après Verdi quand on est compositeur d’opéra italien. Pourtant, alors que le vérisme s’impose sur les scènes, Puccini ouvre des voies nouvelles pour un genre que l’on croyait incapable de se renouveler. Tosca est créée en 1900 : Puccini fait entrer l’art lyrique dans l’époque moderne, comme Monteverdi l’avait fait trois siècles avant lui.

Giacomo Puccini (1858-1924)

Giacomo Puccini (1858-1924)

Christian Merlin

On ne tranchera pas ici la question de la nationalité de celui qui avait un père français et une mère polonaise ! On essaiera en revanche de mieux comprendre ce qui fait l’originalité de sa musique, lui que l’on aime souvent pour de mauvaises raisons : si vous attendez des clichés romantiques, les Mathurins ne seront pas pour vous ce jour-là !

Frédéric Chopin (1810-1849)

Frédéric Chopin (1810-1849)

Christian Merlin

Qui est Liszt ? Le virtuose qui inventa le récital de piano ? Le compositeur moderne qui inventa le poème symphonique ? Un Hongrois ou un cosmopolite ? Un incorrigible séducteur ou un abbé en soutane ? Assurément tout cela à la fois, ce qui rend le beau-père de Wagner aussi fascinant qu’insaisissable.

Franz Liszt (1811-1886)

Franz Liszt (1811-1886)

Christian Merlin

Avec Stravinsky, Debussy et les trois Viennois, il est l’une des figures majeures de la musique du XXe siècle. Passionné par sa culture hongroise, dont il a revalorisé le folklore, il laisse une œuvre bouleversante par son âpreté sans concession, à son image, lui qui préféra l’exil et la misère aux compromis.

Béla Bartók (1881-1945)

Béla Bartók (1881-1945)

Christian Merlin

En ce XIXe siècle où les musiques commencent à se revendiquer comme « nationales », il est l’artisan de l’identité tchèque. De même lorsqu’il vécut aux Etats-Unis, il fut tout aussi réceptif aux traditions américaines. Encouragé par Brahms, il fut surtout un musicien universel, dont l’œuvre est loin de se réduire à la trop célèbre Symphonie du nouveau monde.

Antonín Dvořák (1841-1904)

Antonín Dvořák (1841-1904)

Christian Merlin

A la suite de son ami Dvořák, le morave Janáček est un passionné de sa langue et de sa culture tchèques. Étonnant destin de celui qui n’accéda à la reconnaissance qu’à 60 ans, mais dont les opéras Jenufa, Katia Kabanova, L’Affaire Makropoulos ou De la Maison des morts sont aujourd’hui des piliers du répertoire, qui nous touchent au cœur.

Leoš Janáček (1854-1928)

Leoš Janáček (1854-1928)

Christian Merlin

Longtemps, la vie musicale russe fut sensible aux sirènes étrangères. Jusqu’à ce que le musicien et critique César Cui fédère autour de lui quatre compositeurs désireux que la musique russe revendique enfin ses racines : avec Moussorgski, Rimsky-Korsakov, Borodine et Balakirev, il forme ce Groupe des Cinq grâce à qui la musique commence à parler russe.

Le "Groupe des Cinq"

Le "Groupe des Cinq"

Christian Merlin

Le compositeur russe le plus célèbre n’était guère apprécié des jeunes loups du Groupe des Cinq, qui lui reprochaient d’être trop européen et pas assez national. Ces querelles s’étant calmées aujourd’hui, reste un musicien au langage universel, qui aborda tous les genres avec un égal bonheur, et que l’on aurait tort de réduire au stéréotype de la sentimentalité.

Piotr Tchaïkovski (1840-1893)

Piotr Tchaïkovski (1840-1893)

Christian Merlin

Pathos larmoyant et virtuosité spectaculaire sont les stéréotypes pour lesquels on aime (ou pas !) Rachmaninov. Il suffit de l’écouter jouer ses œuvres au piano pour comprendre que sa musique est toute autre, noble, profonde et savante. Et si nous grattions le vernis hollywoodien ?

Sergueï Rachmaninov (1873-1943)

Sergueï Rachmaninov (1873-1943)

Christian Merlin

L’année dernière, nous évoquions Stravinsky et Chostakovitch. Il en manquait un pour que la trinité de la musique russe au XXe siècle soit complète. Étrange parcours que celui de Prokofiev qui, à rebours de la plupart, opta d’abord pour l’exil avant de se jeter dans la gueule du loup en URSS, sans jamais renier son langage musical ni classique, ni moderne, toujours si plein d’énergie.

Sergueï Prokofiev (1891-1953)

Sergueï Prokofiev (1891-1953)

Christian Merlin

Le plus grand compositeur nordique fonda la vie musicale finlandaise, mais ce qui nous reste aujourd’hui, c’est surtout un univers musical tout à fait singulier, évocateur de paysages ouverts sur l’infini, de lumières blanches, de forces cosmiques reliant le ciel à la terre. Et une œuvre qui ne se réduit pas à Finlandia et à la Valse triste !

Jean Sibelius (1865-1957)

Jean Sibelius (1865-1957)

Christian Merlin

Après la Seconde Guerre mondiale, tout est à réinventer dans un paysage en ruines. Le romantisme, le néo-classicisme sont des coquilles vides. En 1945, de jeunes compositeurs d’avant-garde se retrouvent sous la bannière du dodécaphonisme pour tenter d’inventer la musique de demain. Retour sur un bouillonnement utopiste où l’on croisera les figures de Boulez, Stockhausen, Berio, Ligeti ou Xenakis.

La génération de Darmstadt

La génération de Darmstadt

Conférences passées

Christian Merlin

Moins connu que Mozart, qui le vénérait, maître de Beethoven, Haydn a inventé les genres de la symphonie et du quatuor à cordes; mais sa musique au tournant du classicisme et du romantisme n'est pas celle d'un professeur : elle respire l'humour, la tendresse et la fantaisie. Réhabilitons Haydn ! 

Joseph Haydn (1732-1809)

Christian Merlin

Il est le versant solaire du romantisme allemand : comme un nouveau Mozart, cet enfant surdoué trop tôt disparu a su faire rimer germanique avec féerie shakespearienne et légèreté aérienne. Mais sans superficialité pour autant.

Felix Mendelssohn (1809-1847)

Christian Merlin

Et voici la face lunaire du romantisme allemand. Si Mendelssohn incarne le merveilleux, c'est le fantastique et son inquiétante étrangeté qui frappent chez Schumann, dont la musique en particulier pour le piano, sonde les abîmes de l'inconscient et de ses tourments intérieurs. 

Robert Schumann (1810-1856)

Christian Merlin

Sous la devise "ars gallica", les compositeurs français de l'après-Berlioz et de l'avant Debussy-Ravel tentent de s'unir pour défendre la culture française contre l'influence germanique. Mais quoi de commun entre ces personnalités si différentes, par exemple entre le charme de Saint-Saëns, la sévérité de César Franck et la délicatesse de Fauré ?

La "Société nationale de musique"

Christian Merlin

C'est autour de Cocteau, et dans l'admiration pour Satie que se réunissent Francis Poulenc, Darius Milhaud, Arthur Honegger, Georges Auric, Germaine Taileferre et Louis Durey, six amis de conservatoire qui, en réponse aux sirènes vénéneuses du wagnérisme, proposent après la Première Guerre mondiale une musique claire et joyeuse, qui ne "s'écoute pas la tête entre les mains".

Le "Groupe des Six"

Christian Merlin

Il suffit de quelques mesures pour reconnaître cette patte inimitable. S'il marqua des générations de compositeurs comme professeur au Conservatoire, il ne fut jamais un chef de file, traçant sa voie personnelle à base de chants d'oiseaux, d'un catholicisme mystique, de rythmes inouïs et de couleurs instrumentales chatoyantes.

Olivier Messiaen (1908-1992)

LOGO SARA YALDA_BLANC.png

2019 © Sara Yalda Production

LOGO SARA YALDA_BLANC.png